Tetsujin : le blog des arts martiaux modernes.

28 août 2007

Fightway , Nouveau site dedié au arts martiaux modernes !

FW

C'est avec une joie immense que je vous annonce la création d'un nouveau site web et forum francophone dédié aux arts martiaux modernes . Son nom:  FightWay.fr.

Mis en place par des passionnés de MMA de longue date, FightWay.fr proposera des rubriques News, Fightcard, Résultats dans lesquelles nous retrouverons des informations sur le MMA, le Grappling, le JJB et toutes les disciplines associées, mais aussi des articles, des vidéos, des instructionnals... et pour couronner le tout, un forum!

Venez nombreux !

De la part de toute l'equipe de fightWay.

Posté par Souames_mehdi à 22:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


12 août 2007

C'est les vacances !

kidtossoi8


Pas d’articles pendant trois semaines …

Trois semaines pour s’aérer l’esprit , trois semaines pour réfléchir a de nouveaux projets, trois semaines qui sont les bienvenues … En vous promettant de bonnes nouvelles et des surprises pour septembre !!

En attendant vous pouvez laisser des messages (je vous encourage à le faire !) sur les différents articles du blog. Je consulterais mon blog de temps a autres.

 
Bonne vacance a tous et vive les arts martiaux modernes !


 

Mehdi

Posté par Souames_mehdi à 16:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 août 2007

le Shooto en quelques questions.

shooto_logo
 


L’organisation Shooto fut créé officiellement en 1985 par Satoru Sayama, un catcheur légendaire japonais, plus connu sous le pseudonyme de Tiger Mask (Il fut le Tiger Mask original) et également créateur de son propre système de combat le Shoot Wrestling.

L’arrivé du Shooto a l’époque est une petite révolution car les combats proposés, contrairement au ligue de catch japonaises de l’époque (comme la New japan pro wrestling ou l’universal wrestling federation), ne sont pas scénarisé.

Jusqu’en 1994, les coups au visage sur un adversaire au sol furent interdits. Chose qui changea lorsque Sayama compris l’efficacité de ce type de frappe au Vale Tudo Japan, événement organisé sous l’égide de la Shooto Organisation.

En 1996 sont créer la World Shooto, la Shooto Association et l’International Shooto Commission. Le Shooto passe ainsi de simple organisation à sport de combat a part entière.


Comment gagner un combat en Shooto ?
Par Ko, par soumission ou par décision. Un compte de 10 est appliqué lorsqu’un combattant se retrouve Knock down sur une frappe. Au bout de 3 comptes dans le même round le combattant se retrouve obligatoirement perdant.


Quelles techniques sont autorisées en Shooto ?
Les techniques de grappling comme les clé de bras, de jambes ou les étranglement. Les techniques de frappes comme les coups de poings, de genoux ou de tibias. Les projections de Lutte ou de judo.


Quelles techniques sont interdites en Shooto ?

Les techniques de coudes , frapper un adversaire au sol à la tête avec ses pieds ou ses genoux , mordre , tirer les cheveux , frapper aux parties où au yeux , les coups de tête, frapper la gorge ou la colonne vertébrale , exercer des clé sur les doigts et autres petites articulations .


Les catégories de poids en Shooto ?

Minimumweight:- 48 kg (Amateur Shooto seulement)

Flyweight- 52 kg (Amateur Shooto seulement)

Bantamweight
 -56 kg

Featherweight -60 kg

Lightweight -65 kg

Welterweight -70 kg

Middleweight -76 kg

Light heavyweight - 83 kg

Le Shooto comprennait aussi: 

Cruiserweight:-91kg

Heavyweight: - 110 kg

Super Heavyweight: + 110 kg

Ces trois catégories ne sont plus actives aujourd’hui.


Classes et réglement du Shooto?

Il existe cinq classe en shooto :

Class D: Amateur
Le combat se déroule en 2 rounds de 2 minutes .Les protections sont obligatoire dans cette classe (casque, protége tibia, protége genoux). Les combattants peuvent être classé en D- ou D+. Les coups au sol son prohibés.

Class C: Amateur
Même condition que pour la classe D , l’exception que les rounds dure 3 minutes et que lors d’un combat pour acceder en classe B- , l’entraineur du combattant peu juger utile de faire combattre ce derniers sans protections.

Class B: Semi-pro
Le combat se deroule en 2 rounds de 5 minutes. Les protections ne sont plus obligatoires et les coups au sol autorisés.

Class A: Pro 
Le combat se déroule en 3 rounds e 5 minutes. Pour accéder à cette classe il faut logiquement avoir combattut au minimum 15 fois en amateur ou semi-pro. Une régles qui peut être derogé si le combattant posséde un palmarés martiale consequent ( un champion de jiu-jitsu bresilien ou de boxe thai peut pretendre a cette derogation.)

Class S: Pro-Elite
Continuité de la classe A


Comment se décide les combats pour le titre au Shooto ?
Le shooto étant une ligne Internationale, il existe un classement pour déterminé les combat pour le titre de champion mondial du shooto.


Qu’est ce que la ligue Pacific Rim du Shooto ?
Avec la création de ligue partout dans le monde, un classement parallèle réservé à l’Asie, a l'Oceanie et à Hawai fut créée. Il s’agit de la Ligue Pacific Rim. Il existe par conséquent des champions Pacific Rim.


Qu’est ce que les Rookie tournament du shooto ?

En 2002 fut créée une série de tournois afin de classer les meilleurs débutants en shooto . Il s'agit du Rookie tournament . Nombre des champions Rookie représentent l’espoir du Shooto sur la scène Mondiale ou Pacific Rim.


Pourquoi certain titres du Shooto son vacant ?

Le champion doit défendre son titre régulièrement afin de conserver sa ceinture. Si arrivé a la date butoir il se vois dans l’incapacité ou refuse de le défendre, le titre lui est tout simplement retirer et laisser vacant. Don il n’est aps rare de voir des titre vacant regulierement au Shooto.


Où voir du Shooto Au Japon ?
Le Shooto organise régulièrement des événement au Korakuen Hall et au Bay NK hall à Tokyo.


Peut on voir du Shooto en Europe ?
Oui . La ligue de shooto étant internationale, il existe des ligues en Europe notamment en Hollande, Belgique, Finlande, Suède, Suisse …


Que désigne le terme Shooto ?
C’est une contraction des termes japonais  "SHU= apprendre" et "TO = Combat", Pour symboliser le long apprentissage du combattant. Le mot Shuto devint Shooto en clin d’œil a la façon de prononcer le terme anglais  "Shoot" (frappe) par les japonais.

Deplus au japon on oppose le term "Shoot" qui représente le combat réel au terme "work" qui représente les combats truqués du catch pro.


Quel passé martial possède Satoru Sayama ?
D’abords pratiquant de Judo et de Ju-Jitsu, Sayama devint catcheur-pro. Il pratiqua aussi le Sambo avec Victor Koga et la boxe thaïlandaise avec le légendaire Toshio Fujiwara.

 

Catch16


Y a-t-il un lien entre le Shooto et le Shootboxing ?

Non. Comme dit plus haut, le terme "Shoot" symbolise la réalité du combat au japon, il est donc courant de le voir associé à un autre terme, comme Shootboxing, Shootfighting etc …

Le descriptif du Shootboxing .


Quels sont les grands Noms issu du Shooto ou ayant acquis une réputation au Shooto ?
On peut citer Rumina Sato, Takanori Gomi, hayato Sakurai, Anderson Silva, Alexandre Pequeno, Vitor Shaolin ribeiro oue encore caol Uno  . La liste est bien trop longue en faite.


Les champion actuel du Shooto ?

Vous les trouverez sur cette page .


Existe-t-il des Dvd de Shooto en France ?

Oui tout a fait. Commercialisés pendant une période, ils peuvent être disponibles dans certain magasins et aussi par correspondance sur internet.

436133375_L


Des français ont il participé au Shooto ?
Oui. En 1997, le français Ali Mihoubi Affrontait Rumina Sato (défaite par soumission) au Shooto reconquista 2 au Korakuen hall de Tokyo. Les frere Riccio ont aussi pris part au Shooto japan . David baron a combattu et gagné au Shotoo Hollande et Suede , tout comme Kassim Annan au Shooto Hollande.


Le shooto possede t’il un site ?
Oui même si la version anglaise reste peu traduite . mais cela reste comprehensible.

http://www.x-shooto.jp/english/index.htm


Shooto by Damien
envoyé par DamienakaFritenite

Souames Mehdi

Posté par Souames_mehdi à 21:46 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

03 août 2007

La luta livre, grand rival du Jiu-jitsu brésilien...

AJ_Scales_x_Marcelo_Brigade


On ne sais pas énormément de choses de la création de la luta livre. On situe ses premiers pas a Rio de Janeiro vers 1927 par le désir de plusieurs athlètes, venant de disciplines différentes, de créer une discipline efficace et totalement brésilienne. Codifié par le Mestre Fausto Bruno Cilla, elle trouve ses racines dans les quartiers les plus pauvres au nord de Rio.

La "luta livre esportiva", ou "combat libre sportif" est ce qu’on apparente aujourd’hui au grappling ou au "submission wrestling", C'est-à-dire une lutte dont le but et de dominer son opposant à l’aide d’immobilisations, de clés de bras, de jambe ou d’étranglements.

La différence sportive majeur avec le grand rival jiu-jitsu étant le faite qu’en luta livre la pratique en GI (kimono… même si c’est un abus de langage) n’existe pas.

La rivalité entre les deux grandes disciplines au sol brésiliennes , commence dans les années 80 lorsque qu’une une bagarre générale, entre des pratiquants de Jiu-jitsu et des pratiquants de boxe thaï, eclata . Les Lutadors alors très proche des boxeurs thaï se retrouvèrent au milieu du conflit. Ce fut le début d’une longue période d’affrontements qui donnèrent au Vale-tudo ses confrontations les plus célèbres comme celle entre Rickson gracie et Hugo Duarte ou encore Walid Ismael et Eugenio Tadeu. Aujourd’hui la guerre n’a lieu que sportivement sur les tatamis des divers compétitions de grappling et il arrive même que les deux disciplines s’entraînent ensembles.

Présente dans de nombreux pays (surtout en Europe) la pratique de luta livre est très demandé dans les domaine du MMA, notamment grâce a son efficacité qui n’est plus a prouver.

 
Où pratiquer la Luta livre au Brésil ?

Il existe plus de 40 académies à Rio. On peut ainsi citer la Renovacao Fight Team de Marcio « cromado » Barbosa, Le world Fight Center de Alexandre Franca nogueira ou encore la Ruas Vale Tudo de Marco Ruas.

En France c’est Flavio « peroba » Santiago qui représente la luta livre   (son blog)


Règlement de la luta livre.

-le règlement de la luta livre s’apparente a celui des compétitions de grappling. Chaque pays ou chaque compétition ayant des variations, Il n’existe donc pas un règlement unique. Voici le règlement du grappling en France régit par la Fédération Internationale des Luttes Associées :  FILA reglement.

- Un combat de Luta livre esportiva peut se gagner par Soumission, par décision ou par abandon de l’adversaire.

- Les frappes sont interdites en "Luta livre Esportiva", ainsi que les gifles, les action de torsion sur les poignet ou les doigts, les morsures, les sauts sur le dos de l’adversaire, les attaques au yeux ou au parties, tenir les vêtements de l’adversaire, les slam, ou les insultes envers l’adversaire ou le corps arbitral.

- la passivité est sanctionnée.

- Les compétitions de Luta Livre se pratiques désormais en pantalon de GI.


Système de grade.

Il existe six types de grades en Luta livre, toute sanctionnés par le port d’une ceinture de couleur. Il s’agit des ceintures jaune , orange , bleue, violette, marron et noire.


Les grand noms de la luta livre .

Eugênio Tadeu, Marco Ruas et ses élèves, Ebenezer, Johil de Oliveira, Cacareco, Hugo Duarte, Alexandre " pequeno "nogueira, Milton Viera ...



Clip_luta_livre_2005
envoyé par djkarim92i


Mehdi Souames

Posté par Souames_mehdi à 17:12 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

01 août 2007

Le savoir-faire nippon...


La communication evenementielle.

Le japon possède un véritable savoir faire en matière d’arts martiaux modernes. Rien d’étonnant lorsque l’on sait qu’un événement de MMA japonais peut rassembler jusqu'à 90 000 personnes ….

Il est donc plus qu’évident que l’on peut parler d’une véritable expérience de la part du pays du soleil levant en matière de communication événementielle.


D. S. E. ( Ex) champion de la communication.

Intéressons nous aujourd’hui a un détail qui a son importance et qui inconsciemment souligne la différence qui caractérise un pays comme le Japon d’un autre comme les Etat-Unis : L’affiches des événements de MMA.

La palme de la créativité, à ce niveau là, reviens sans conteste a Dream Stage Entertainement qui au travers des différentes affiches créé pour Le PRIDE a su faire preuve d’imagination . Des première affiche emprunte d’humour au dernières tres esthetique, les choix de D.S.E furent simple : mettre en avant l’humour, l’esthétisme et surtout mettre de coté l’aspect barbare que peut dégager le MMA parfois même en y ajoutant une touche enfantine ou poétique.

Des premiers PRIDE ou Sakuraba se fait d’abords étrangler par la ménagère de moins de 50 ans japonaise (Si si! elle regarde bien les combats de MMA…C’est une autre culture) ou se retrouve dans la peau d’un gangster pour le PRIDE 13  (avec la mention-, rapport au chiffre maudit,  " j’espère que rien de terrible n’arrivera" ) :

poster_pride_10

 poster_pride_13

Au plus recent où le terme  "survival"  prend tout son sens ( PRIDE 29)  et où l’esthétisme et la poésie ressortent sur des affiches comme celle du PRIDE GP 2004, le destin unique du seul vainqueur du grand prix et l’épreuve du combat à franchir telle une montagne souligné par les affiches du PRIDE GP 2006 et du PRIDE 31

poster_pride_29pride_gp_2004_4_25_poster

poster_pride_gp_2006  

 pride31

Mais d’un point de vue marketing les orientations ne peuvent se ressembler selon le segment visé. Pour sa version poids léger, le défunt PRIDE bushido, D.S.E décida d’orienter l’esthétique de l’affichage vers un aspect plus manga et certainement plus en adéquation avec l’esprit jeune que fut celui du Bushido faisant même appel a des Manga-ka reconnu comme celui de Shamo (Coq de combat en français.)

 

pridebushido pridebushido3

Le grand rival , le K-1, adopte une approche purement esthétique, mettant en avant leurs champions … si elle n’atteignent pas la créativité de celle du pride, les affiches de Fighting Entertainment Group reste simples mais efficaces.

buakawmaxpostersa6 maxfinal06poster

 

Une simplicité qui ne peut cependant pas être comparé a cette affiche de pour le ZST grand prix ou parmis les petites tête sgribouillés on peut reconnaître Hideo Tokoro, Masakazu Imanari ou encore TakumiYano

KIF_4184

L’importance de la communication événementielle passe aussi par une communication visuelle et ce afin de toucher un large public. Un exemple que le MMA hexagonal, dont l’image est déplorable, devrait s’inspirer.

A suivre...

 

 

Mehdi Souames 

Posté par Souames_mehdi à 21:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]



27 juillet 2007

Merci à kaelito et Keen pour cet open ...

542992535_04a40fee6f


Remerciement

Je tiens à remercier Mon président et mon trésorier de tout les efforts consentis pour mener à bien l'organisation de l’Open de grappling Ikusa qui eu lieu le 10 juin à Marseille.

Plus de 150 participants, une ambiance conviviale et chaleureuse et surtout un niveau technique exceptionnel, place directement cette réunion comme une des références nationales en matière de grappling.

Les échos tous aussi positifs les un que les autres nous donnent la volonté, par le biais de l’APPAMM, de continuer  a vous proposer ce type de rencontre. Au nom de l’appamm je tiens a remercier et a félicité tout les gens qui ont contribuer a la réussite de cette compétition, qu’il soit compétiteurs, organisateurs ou spectateurs (Les encouragements sont très importants). Merci a vous tous.


L'open changera de nom .

Cela dit, devant le manque de considération sur le plan humain (la question financière étant déjà écarté depuis bien longtemps …) de la part d’un site pour lequel nous avons donné de notre énergie, de notre argent, de nos neurones et surtout de notre temps, l’open changera de nom dés l’an prochain.

Tout ceci afin de ne plus être associé a un site dont le seul but est lucratif et de garder un esprit passionné chère a kaelito et Keen, les UNIQUES (et personnes d’autres !) organisateurs de l’open Ikusa.

Nous vous tiendrons au courant par le biais du Blog de l'APPAMM

 


HL Open IKUSA 2007 par Dragon
envoyé par gomi_gomgom


Mehdi Souames
photo de Tony Souther
( www.flickr.com/photos/souther )

Posté par Souames_mehdi à 15:17 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

20 juillet 2007

Renato " Babalu " Sobral

more_2006_09_08_14_02_sobral

Date de naissance : 7/9/1975
Taille : 1m85
Poids : 93 kilos
Style : lutte / Luta livre
Pays : Brésil
Palmarès : 27-7-0

 

les permiers pas : De la lutte au vale-tudo.

C’est en 1975 que Renato da Cunha Sobral viens au monde dans la Patrie du vale-tudo, a Rio de Janeiro. Dés l’age de 10 ans le jeune Renato commence la pratique de la lutte libre. Dans un pays ou le combat libre est une institution et poussé par une curiosité naturelle , Renato Sobral saisi l’opportunité de suivre les entraînement du " King of streets " , Marco Ruas , à la Ruas Vale Tudo. Le fait de côtoyer de grands noms tels que Marco Ruas ou Pedro Rizzo, permettra à " Babalu " de progresser très vite dans le domaine du vale-tudo.

Après avoir reçu des sollicitations, " Babalu "  représente aujourd’hui la Gracie Barra Combat Team, à Rio de Janeiro, équipe qui lui a permis de progressé énormément dans le domaine du combat au sol.

 
Renato Sobral : Une très longue carrière.

" Babalu " fait son baptême du feu en 1999 à l’age de 23 ans ; à L’International Vale-tudo Championship où il remporte son combat par Ko au premier round sur Fernando Cerchiari. Première victoire d’une série de neuf combats sans défaites, battant de combattants renommés tels que Pedro Otavio au Brasil Vale-tudo Fighting, Mikhail Illoukhine et Kyoshi Tamura à la Rings.

Son premier coups d’arrêt surviendra avec une défaite par décision contre Dan « hollywood » Henderson , en 2000 au Rings- King of King 99. C’est dans cette organisation, réputé pour avoir lancé de nombreux combattants célèbres, que babalu affrontera ses premiers grands noms. Il y battra Travis Fulton ( armbar ) , Kyoshi Tamura ( décision ) , TK Kosakha ( décision ) ou Encore Maurice Smith ( décision ) et perdra contre Valentjin Overeem ( clef de talon ) et  Emilianenko Fedor .

 Renato Sobral est déjà un combattant expérimenté lorsqu’il fait ses début sa l’Ultimate Fighting Championship 35 contre Kevin Randleman. Malgré cela il concède une défaite par décision pour son premier combat et bien qu’il se rachète par la suite en battant l’australien Elvis Sinosic (décision) , il  ne peut rien faire contre Chuck Liddell qui lui inflige sa première défaite par KO.

Profondément touché par cette défaite, babalu retourne au Brésil afin de progresser.


le come back.

Il effectue un réel retour en force un an plus tard , en septembre 2003, A l’International Fighting Championship où il s’offre le titre de champion Lourds-legers en battant lors de la même soirée Trevor Prangley ( décision ) , Mauricio " shogun " rua ( Guillotine ) et Jeremy Horn ( décision ).

Un exploit qui impressionne le public et révèle la vrai nature de " Babalu " : Celle d’un grand champion.

" Babalu " est à nouveau sur de bons rails et après un court passage au Cage Rage en Angleterre (des victoires su Cyrille Diabaté et Pierre Guillet), il effectue son retour dans la cage de L’UFC Avec pour but de prendre la ceinture a celui qu’il lui infligea sa seule défaite par KO, Chuck Liddell.

 Le combat pour le titre arrive enfin après trois victoires du brésilien sur Travis Wuiff, Chael Sonen et Mike Van Arsdale. Hélas Pour "  babalu ", Liddell restera sa bête noire et lui infligera un terrible KO...le deuxième de sa carrière.

Renato Sobral semble aujourd’hui passer une mauvaise période comme l’atteste sa récente défaite par KO face a Jason Lambert.

 
" Babalu " un combattant peu médiatisé.

 Renato Sobral reste un combattant peu médiatisé en rapport de son niveau. Combattant très complet, ses points forts se situent au niveau de sa technique au sol dans la plus pure tradition brésilienne, ainsi qu’un niveau en lutte plus qu’appréciable.

" Babalu " est réputé pour posséder une Hygiène de vie irréprochable, ses entraînements, basé sur de long courses dans les montagnes brésiliennes et sur des nages longues, laisse une grande part a la capacité cardiaque. Cela se ressent lors de ses combats.

On se souviens de son Come-back dévastateur après sa première défaite contre Chuck Liddell, alors pourquoi pas une deuxième fois …

 


Anecdotes et informations supplémentaires.

-Renato Sobral tire son surnom d’une marque de chewing gum qu'il affectionne particuliérement au Brésil. ( Heureusement que Sobral n’est pas français, On ne sait pas quelles conséquences sur sa réputation aurati eu un surnom comme  "  Malabar " ou " Freedent " …)

- Babalu a tatouer le nom de sa fille sur son torse, Maria Fernanda.

- Il devrais combattre  à l’UFC 74 contre David Heath


Mehdi Souames

Posté par Souames_mehdi à 14:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

17 juillet 2007

L’APPAM : rappel

14340834_p


Car se rafraîchir la mémoire ne fait jamais de mal, je fais un petit rappel pour signifier le but de l’Association Pour la Promotion des Arts Martiaux Modernes :

L'APPAMM (Association Pour la Promotion des Arts Martiaux Modernes), association créée début 2007, à pour but de promouvoir les Arts Martiaux Modernes (Grappling, Ju Jitsu Brésilien, MMA, Pancrase, Sambo etc...) dans le sud-est de la France et plus particulièrement dans la région Marseillaise.

Alors si organiser une compétition ou un stage dans la région marseillaise vous viens a l’esprit n’hésitez pas a contacter L’appamm , qui fort de son expérience passé en matière d’open d’art martiaux modernes sera a même de vous aider.

Pour cela deux adresses :  www.appamm.canalblog.com ou appamm_asso@yahoo.fr

Souames Mehdi

Posté par Souames_mehdi à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2007

Hiroya Kawabe , le prodige .

ph_hiroya

Date de naissance : 06/01/1992
Poids:60 kilos
Taille:1m64
Pays: Japon
Team:Freelance
Style: Kickboxing

 
Hiroya : Le futur Masato ?

Hiroya Kawabe n’a que 15 ans … Mais Hiroya est en passe de devenir une star au japon. Le jeune prodige du Kickboxing a taper dans le l’œil des dirigeants du K-1 qui voient en lui le futur Masato.

Bien qu’il soit trop tôt pour pouvoir réaliser une biographie complète de ce jeune boxeur, on peut d’ors et déjà voir qu’Hiroya est très fort.

Malgré son jeune age, le japonais a déjà gagné plusieurs titres. Il remporte en 2005, alors qu’il n’a que 13 ans, le championnat du monde amateur de Muay thaï en –de 45 kilos, avant de finir deuxième du même championnat en - de 54 kilos en 2006. Cette même année il remporte le National Kickboxing Championship Asia Tournament.

 21 4


Le collégien japonais se fait contacter par le K-1 MAX qui place énormément d’espoir en lui. Introduit le 5 février 2007 au K-1 MAX contre Akihiro Takahashi (le combat s’effectue avec protections), Hiroya gagne par KO au troisième round, dominant totalement son adversaire.

Son premier combat dans les règles officielles du MAX intervient quelques mois plus tard le 4 avril 2007, contre Nishimura un boxeur de 10 ans son aîné . Montrant une certaine nervosité en début de combat, le jeune prodige fini par se lâcher et inflige un KO à son adversaire dans le premier round. La machine Hiroya est lancée.

Dés lors les responsables du K-1 opèrent des sélections pour déterminer le prochain adversaire d’Hiroya. Le choix se porte sur Roy Tan, un prometteur boxeur de 18 ans évoluant au célèbre Mejiro Gym en Hollande. Malgré toute sa bonne volonté il ne parvient pas a stopper le japonais lors du K-1 Amsterdam le 23 juin 2007 et perd par décision.

Techniquement très doué, racé et élégant sur le ring, Hiroya a tout les atouts pour devenir une véritable star mondiale du Kickboxing. Mais à un age si jeune, seul l’avenir pourra nous dire ce qu’il adviendra du prodige.

Un boxeur à suivre …

 


Hiroya au k1 max
envoyé par gomi_gomgom


K-1 Amsterdam  Hiroya  vs Roy Tan
envoyé par gomi_gomgom


A 13 ans au championnat du monde amateur de Muay Thai.

Hiroya training

Mehdi Souames

Posté par Souames_mehdi à 15:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

03 juillet 2007

Interview Xavier Foupa Pokam

321250530


Tout d'abord merci d'avoir accepté de répondre à  nos questions et félicitation pour ta victoire au Cage Rage face à Alex Reid ! Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce combat ?

P-X: Bonjour Nordine.

Ce combat a créé un buzz médiatique étant donné les provocations assez osées qu'il s'était autorisé avant le combat. Beaucoup de gens ont voulu recueillir mes impressions avant et après l'évènement.

Pour être honnête, en apprenant la nouvelle selon laquelle Alex (qui est mon pote depuis maintenant 3 ans) aurait mimé lors d'une interview télévisée une scène dans laquelle il serait censé me « sodomiser », me menaçant de me réserver ce même sort lors du Cage Rage 19, j'ai été très surpris. Je le connais bien, et je sais qu?il a l'habitude de provoquer ses adversaires. Il est connu pour cela, cette attitude trop sûr de lui fait partie de son personnage de combattant anglais très charismatique. Après, libre à chacun d'aimer ou pas. Mais je restais étonné qu'il eut oser aller aussi loin avant de m'affronter, moi. Mais je ne me suis pas emballé. Je suis un homme de sang froid, et plutôt que d'écouter les rumeurs, je préfère aller voir par moi-même. Et ce que j'ai vu finalement, n'était pas si grave ! Il n'y avait pas de quoi de fouetter un chat ! (Ni même un freefighter ;-)). C'était plutôt bon, enfant, rigolo. A la limite du ridicule, même! La seule chose qui aurait pu me déranger eu été que, internet étant un espace publique, mes petites soeurs ou mes parents tombent sur cette scénette. Mais finalement, cela ne m'a pas spécialement déstabilisé, ni même énervé. Car je suis assez coutumier du fait ; en presque 20 combats j'ai été confronté à un très grand nombre d'adversaires qui se sont sentis la mauvaise inspiration de me provoquer avant le combat. Et il n'y a qu'une seule fois où je suis vraiment entré en colère dans une cage. La punition a été expéditive. De toutes façons, à chaque fois qu'un de mes adversaires a eu la mauvaise idée de tenter de me narguer avant un combat, ça ne lui a pas porté bonheur du tout. En regardant les photos d'après combats, il semble qu'une fois encore, la règle s'est vérifiée! Plus sérieusement, l'expérience m'a appris que ce type de manoeuvre, destinée à te faire croire que tu as en face de toi un monstre très sûr de lui, ne sert en fait qu'à cacher un manque de confiance en soi! Alex m'offrant ainsi une faille de plus, je partais finalement encore plus confiant pour ce combat.

Après, la suite, vous la connaissez?
Des frasques très amusantes, mais d?un goût tout aussi discutable durant toutes les phases pré-combat (pesée officielle, pesée presse, interviews télé, séances photos, etc?) ; Alex est un vrai dingue parfois ! lol :-D (Notamment, lors de la pesée-presse, lorsqu'après avoir entendu mon rituel «It?s Punishment Time ! » il a débarqué du fond de la salle vêtu d'une tenu sadoasochiste en se fouettant, et en nous fouettant moi et les round-girls ! Un grand moment du Cage Rage? ;-))

Puis, vint le jour du combat.
Nous avions bien pris soin de préciser aux différents journalistes (depuis ses débuts, le Cage Rage a pris une certaine ampleur!) que même si nous étions amis, nous étions capables de nous saluer, de rigoler ensemble la veille d'un combat ; MAIS DE SAUVAGEMENT NOUS AFFRONTER le lendemain. Puis d'aller ensuite boire un verre ensemble, toujours en rigolant ! Et c'est ce qu'il s'est passé !  Je n'avais jamais affronté un ami en compétition officielle, mais je savais que cela ne me dérangerait pas. C'est d'ailleurs une des grandes différences que je fais entre un freefighter pro et un chiffonnier. Nous faisons du sport. D'abord et avant tout du sport. Et si, pour pouvoir être efficace, il est nécessaire de dégager suffisamment d'agressivité, elle doit se limiter au domaine de la pratique de ce sport, ET PAS AILLEURS ! Autrement dit, je peux très bien être le combattant agressif et extrêmement violent que tout le monde connaît en combat, et être tout autre, parfaitement sociable et fréquentable en dehors. Ainsi, étant donné la maturité à laquelle je peux aujourd'hui prétendre, je pense qu'affronter un ami ne pose pas de problème ; tant qu'il n'y a pas d'intérêts qui se contredisent (équipes représentées différentes, sponsors). Si je devais m'arrêter à cela, ma jeune carrière se verrait assez rapidement compromise, sachant que dans le milieu du très haut niveau que je vise, tout le monde se connaît!

En ce qui concerne le combat voilà comment il s'est déroulé. Immédiatement, je le connecte avec un crochet du droit au visage qui percute très fort. Le ton est donné.
Tout à coup plus hésitant, Alex ne veut clairement plus en prendre. Progressivement, je prends l'ascendant sur le combat. Mais cette main avec laquelle j'ai frappé dès le début est blessée depuis mon combat précédent à Osaka, seulement 3 semaines plus tôt. Alors, elle commence immédiatement à me gêner en devenant douloureuse et surtout en gonflant! A la fin, je ne pouvais plus la fermer ! Ce qui d'ailleurs aura des conséquences par la suite. Le combat continue, je distribue bien, résiste aux assauts de mon adversaire. Puis, vint une soudaine baisse de régime. Mes déplacements se font moins rapides et précis, ma garde se baisse toute seule! Même si je continue à abimer Alex, je commence moi aussi à bizarrement prendre des coups, à étrangement avoir tendance à reculer aussi. Mon organisme semble ainsi me faire payer mes récents 7 déplacements d'au moins une semaine chacun au Japon au cours de la même saison (plus de 8 ou 9 heures de décalage horaire !) ainsi que mes 4 combats en moins de 5 mois? Mais je tiens bon. De toutes façons, je ne suis pas à plaindre! Le nez d'Alex vient d'exploser et salit partout, son visage change progressivement de forme et de couleur... Il a l'air de souffrir! Des coups de poings, de pieds, de genoux, de coudes! Les échanges sont assez viriles. De plus en plus en plus en difficulté debout, Alex tente une infructueuse amenée au sol. Trop marqué par le souvenir de mon baptême de la règle de l'Open Gard (Cage Rage 14), je le laisse se relever par peur d'une erreur de lucidité. Alex semble en grandes difficultés, et tente tant bien que mal de sauver la face en multipliant les provocations!Celles-ci lui valent parfois, de sévères rappels à l'ordre? Quand soudain, sur un direct du droit, mon poing, trop enflé pour être correctement fermé, passe à côté de son visage mais laisse tout de même traîner un auriculaire qui vient toucher l'oeil d'Alex. Un temps d'arrêt, au cours du quel The Detonator se plaint à Mr Waterman (arbitre central) d'avoir mal à l'oeil. Erreur non-intentionnelle, sans grande gravité, l'arbitre décide de faire repartir le combat. Alex encaisse encore plus de coups. Il tire la langue de souffrance. De mon côte, si la fatigue m'a fait baissé d'intensité, je suis toujours présent pour lui donner ce qu'il est venu chercher dans ma cage : LA PUNITION DU PROFESSEUR XAVIER. ;-) Et il sent son heure arriver.

Le Round 2 commence sur les mêmes bases que la fin du premier. C'est alors que, dans un cri qui glace le sang, Alex interprète le rôle mélodramatique du « doigt-dans-l'oeil-qui-m'a-tué »; un saut à la croisée du triple axel, du salto arrière, et du coup de pied à a la Lune? Puis continues à se rouler par terre. Devant une assemblée stupéfaite ! Discussion entre les officiels et le coin des London Shootfighters? Ces messieurs du Cage Rage ne sont pas dupes du fait que ce « doigt dans l'oeil » ne méritait pas un tel spectacle. Ils décident alors de s'en remettre au règlement officiel qui stipule quien cas d'action illégale involontaire mettant fin au combat au-delà du premier round, la décision des juges de table fait foi. Même avec le point négatif, je remporte le combat à l'unanimité des juges! Et du public ! ;-)

Fin de l'histoire! On va boire un verre, Alex. 

Epilogue : Pendant qu'on discutait, Alex n'a pas démordu d'avoir eu mal à l'oeil, mais n'a pas nié non plus en avoir (un peu) rajouté


Alex Reid avait beaucoup parlé avant le combat, certes c'était du second degré, mais est-ce que ces petites déclarations t'ont perturbé ou énervé ? Et en marge de cette question que penses-tu des combattants qui font du trash talking ?

Je l'ai dit plus haut... Je n'ai finalement pas été déstabilisé par ces provocations. J'ai l'habitude. De plus, je sais que ce genre d'attitude est un signe de manque de confiance en soi. Alors, comme je l'ai dit au journaliste de Fightsport qui m'a appelé pour connaitre mon état d'esprit avant le combat suite à ce spectacle, la vérité devrait apparaître sur le ring. Et de plus, comme rappelé plus haut, a chaque fois que j'ai été provoqué par un de mes adversaires, ça ne lui a pas porté bonheur, donc... D'ailleurs, au moment où je remplis cette interview, je me trouve dans ma chambre du Wemblay Plaza Hotel. J'affronte Tom Watson demain au Cage Rage 21. Et lui aussi viens de me provoquer, cet après-midi !!! Lors de la pesée presse, il s'est d'abord approché de moi pour le face-off avant d'aller chercher des lunettes de ski en baraguinant une ânerie. J'en connais qui va plonger vers le tapis demain!

En ce qui concerne le Trash talking, je ne trouve pas cela très noble comme comportement, mais je pense qu'il y a aussi une partie du public qui aime cela. Car il ne faut pas oublier que ce qui fait vivre le sport professionnel, c'est aussi son aspect « sport-spectacle ». De toutes façons, lorsque l'on reste dans certaines limites, ça n'est pas si grave. Mais personnellement, je ne suis pas de ceux là.

510634158_small


Tu as déjà  18 combats pro à  seulement 24 ans ! Te rends tu comptes que pour ton âge tu es très expérimenté, surtout pour un combattant français... Cette expérience constitue-t-elle une force pour toi?

Merci!
Bien sûr, l'expérience est forcément un plus en ce qui concerne tous les domaines de la compétition en freefight. Qu'il s?agisse de l'appréhension d'un combat, du déroulement de la préparation, de certains avantages et certains travers du haut niveau, du déroulement du combat lui-même, etc. Il y aurait tellement de choses à dire ! Mais le plus important, est que même si tout ne fut pas parfait, je ne regrette rien dans mon parcours car toute son évolution m'a nourri de leçons qui m'ont finalement servi à un moment ou à un autre.


Venons en à tes débuts. Comment as-tu découvert ce sport? Je crois savoir que tu viens d'un art martial "traditionnel" (le karaté). Qu'est-ce qui t'as séduit dans le MMA ?

PX: Au tout début, lorsque j'étais karatéka, je voyais les premiers UFC avec beaucoup de mauvais à-prioris. Je venais d'une discipline soi-disant « noble », et voir ce qui m'apparaissait comme des chiffonniers qui semblaient se battre sans protections, ni règles, je trouvais cela laid. Et finalement, je dois aussi admettre que ça me faisait plutôt peur! Mais j'avais un entraineur de karaté, Danko Sariego, qui n'était pas du tout favorable aux restrictions qui ne faisaient que se multiplier dans le karaté (kumité) de compétition. Ce qui fait que même étant karatéka, j'étais tout de même un peu « Tête brûlé »? Puis, à mon tour lassé par cette atmosphère trop réductrice, j'ai décidé de me tourner vers d'autres sports. J'ai d'abord pensé au full-contact, puis au Kick-boxing. Mais n'ayant pas de clubs près de chez moi, mon amoureuse de l'époque m'a mise dans les pattes de l'entraineur de boxe thaïlandaise de sa ville à l'époque, CYRILLE DIABATE. Il commençait à gouter avec plaisir au MMA et nous fit partager ce qui était entrain de devenir une passion chez lui. Ca m'a plu. Me voici aujourd'hui.
                                              

Ton 1er combat remonte maintenant à 2002. Dans quel domaine penses-tu t'être le plus amélioré ?

Répondre complètement à cette question serait trop long!?

Mais au-delà de l'aspect simplement technique du combat, dans lequel je suis, encore aujourd'hui, en constante évolution, j'ai fais certains progrès dans d'autres domaines. Par exemple, je me souviens avoir été jadis quelqu'un de très tendu avant les compétitions! La peur de manquer son objectif : GAGNER. Puis, au fil des compétitions, je me suis rendu compte que lorsqu'une préparation a bien été mise en place, menée à bien et qu'on arrive prêt le jour de son combat, il n'y à rien de plus que l'on puisse faire pour décider de son destin maintenant que COMBATTRE. Et qu'on à toutes les cartes entre les mains pour gagner, alors rien ne sert de stresser.
                                                                                                                                     

Parlons d'une autre facette de ta personnalité que les aficionados de MMA connaissent peut-être moins, puisque je crois savoir que assistant-réalisateur. Parle-nous de ta seconde passion?

J'ai commencé l'audiovisuel à l'âge de 11 ans, comme les arts martiaux. J'ai découvert mes deux passions en même temps, elles régissent aujourd'hui ma vie.

En effet, je suis aussi assistant-réalisateur pour le cinéma et la télévision. Je travaille régulièrement pour le programme 7 jours au Groland sur Canal +, (dans lequel il m'arrive parfois de faire des apparitions ;-)) mais j'ai aussi fait pas mal d'autres choses ; des téléfilms (TF1), du cinéma, je travaille aussi parfois pour des chaînes de télévisions américaines. Actuellement, parallèlement à Canal + et à mon équipe de téléfilms qui tourne sans moi (disponibilités non-concordantes.) dans le sud de la France, je co-réalise le JT de l'émission "10 minutes avec" diffusé sur la chaine câblé ZIK, et je travaille actuellement sur un autre projet d'importation d'une émission Belge qui va forcément marcher. ;-) On me dit souvent que pour un jeune homme de 24 ans, je ne perds pas de temps! Mais de toutes façons, qui a du temps à perdre ? ;-) Plus sérieusement, je déborde d'énergie donc, je la mets au service de mon épanouissement dans les choses qui me tiennent à coeur. Car il m'arrive aussi, lorsque je ne tourne pas, ni ne combats aux quatre coins de la planète de travailler comme animateur dans un centre de Loisirs. Un peu de douceur dans mon monde de brutes, ca ne peut pas me faire de mal! Ma vie me demande, de ce fait, beaucoup d'organisation. Et surtout, une vie aussi remplie a un certains inconvénients : par exemple, j'ai rarement le temps pour l'imprévue.


Tu dois être cinéphile. Quels sont tes films préférés ?

Usual Suspect et Pulp Fiction, mes deux films cultes.


Un combattant qui est également assistant-réalisateur de cinéma ! On a du te solliciter pour Scorpion non?! ;-)

En effet, j'ai été sollicité plusieurs fois pour le tournage de Scorpion. J'aurais tourné dedans avec plaisir mais malheureusement, à chaque fois, je n'étais pas disponible.


Un petit cas de conscience : entre un Oscar du meilleur réalisateur et la ceinture du Pride, tu choisirais quoi?

Je gagnerais le Pride GP welterweight, puis ensuite, je réaliserais la retransmission de l'édition suivante !

653942181_small


H.L: Parlons maintenant du MMA en France, est-ce que tu es favorable à la légalisation dans notre pays? Certains combattants y sont opposés car selon eux le public français n'est pas fair-play. Qu'en penses-tu?

Selon moi, les freefighters français, amateurs et professionnels ont tout à gagner du fait que notre discipline soit enfin considérée comme étant un sport à part entière.

Aujourd'hui, tout le monde sait bien que les problèmes que rencontre notre sport avec le pouvoirs publics viennent en fait de dirigeant d'autres discipline d'arts martiaux qui verraient un certain nombre d'inconvénients à un trop grand essor du freefight en France :

o       Le combat libre utilise et autorise toutes les techniques des autres sports de combat déjà existants. Qu'il s'agisse de techniques de préhension, de projection ou de percussion, debout ou au sol et quelque soit la distance. On pourrait y retrouver finalement toutes les sensations recherchées dans les autres arts martiaux

o       Le MMA est l'application la plus permissive et de ce fait la plus réaliste de tous les arts martiaux. Un certain nombre de disciplines, pleines de restrictions, ont peur d'être ainsi décrédibilisées quand à leur rapport au combat réel et non idéalisé.

o       Le côté spectaculaire du Freefight effraie par l'engouement qu?il suscite, souvent au sein même des groupes de personnes qui le critiquent. De plus, ces règles simples et claires le rendent accessible à la majorité des gens pour peu qu'on les éclaire quelque peu. Ce qui n'est pas le cas d'autres arts martiaux, voire d?autres sports. En effet, il n'est pas rare de voir des détracteurs du MMA eux-mêmes, ou personnes appartenant à leur groupe, être fascinés par le sport qu'ils « combattent ». Certains en regardent même des vidéos en cachette.

Mais aujourd'hui, le public est de moins en moins dupe de ce genre de manipulations politiques et médiatiques à des fins économiques. De ce fait, les gens vont de plus en plus chercher par eux-mêmes l?information qu'on leur refuse. Du coup, la demande autour du combat libre ne cesse d'augmenter, malgré les barrages que certains continuent à essayer de constituer. Mais quand l'argent parle trop fort, tout le monde finit par se taire. Je pense donc que le jour où des grands financiers finiront par se rendre compte de l'intérêt économique que représente le marché qu'ils pourraient développer autour du freefight en France, les politiciens retourneront leurs vestes dans le bon sens comme d'habitude, la communication suivra alors, légitimant ainsi enfin cette demande des fans de freefight et en créant un nouvel attrait pour ce concentré d'arts martiaux chez les néophytes.

C'est cela que l'on a à gagner en réussissant à faire exister le freefight en France. Nous pourrons enfin prétendre pratiquer notre sport de manière complètement légale, avec des moyens et des locaux adaptés (qui existent déjà) dans des conditions enfin favorables. Pour simple exemple, un footballeur qui se blesse reçoit son salaire mensuel même durant sa convalescence tandis qu'un freefighter est payé uniquement après chacune de ses prestations. Tout les risques qu'il prend et tout le travail de préparation en amont des compétitions n'est pas considéré ; seul le combat en lui-même est rémunéré. Sans parler du fait qu'un combattant français doit mettre du temps à se construire une carrière et une notoriété de freefighter international avant de pourvoir rêver d'être enfin payé convenablement.
Légaliser le freefight en France permettrait enfin de pouvoir espérer construire une économie pour servir ce sport, comme tous les autres sports professionnels (sponsoring, droits de retransmissions télévisuelles, etc). Comme je l'ai dit, en France la demande existe déjà et elle est amenée à progresser. Le freefight français ne réclame finalement que le droit d'exister. Nous ne mendions pas d'aides ou d?attention particulière ; nous revendiquons juste le droit de pratiquer dans notre pays.

Quant aux réticences qu'auraient certains de mes collègues à voir notre sport évoluer en France à cause d'une attitude pas toujours exemplaire du public, je peux comprendre leur point de vue. Lorsque j'accompagne mes partenaires lors de compétions de pancrace ou de grappling, je suis souvent moi aussi outré par l'attitude de certains membres du public qui profèrent des insultent ou peuvent avoir un comportement véhément. Mais il faut rappeler qu'il ne s'agit QUE D?UNE PARTIE DU PUBLIC. La majorité des fans de freefight sont bien là pour assister à une compétition. Mais de toutes manières, si on voulait complètement éviter les mauvais comportements, il suffirait d'éduquer le public au freefight. Avec une meilleure perception du sport et de ses athlètes, certains éviteraient ainsi les amalgames. Une communication adéquate, vantant aussi les qualités (courage, travail, effort, etc) de cet art martial serait largement suffisante. Mais tout ce que le public a pour l'instant le droit de voir, ce sont les images les plus violentes d'UFC datant d'une quinzaine d'années apportées par les détracteurs du MMA eux-mêmes. Ceci explique cela ! Si on voulait que le public repousse le MMA, on ne s'y prendrait autrement... Mais les choses sont entrain de changer. Pour l'instant, au Japon, en Angleterre ou partout ailleurs dans le monde, nous sommes des compétiteurs qui nous entraînons difficilement, accomplissons des performances, signons des autographes, faisons rêver des gens... Mais nous continuons à rêver, nous, du jour où notre pays verra enfin ses enfants que nous sommes comme des sportifs à part entière.

En France le MMA est un microcosme, et on assiste à quelques querelles qui font beaucoup de bruit sur le net ! Est-ce que tu portes attention à ce genre de trucs ou bien y es-tu hermétique ? Plus généralement est-ce que tu surfes un peu sur les sites français (Ikusa ou encore Journaldufight qui a disparu aujourd'hui) ?

PX: Je ne prête pas attention aux provocations d'une manière générale, alors encore moins lorsqu'elles ont lieu à distance ! Je pense qu'un VRAI mec qui a vraiment un problème avec toi, s'il sait ou te trouver, n'aura pas besoins de se mettre à 150 000 000 km pour chanter ton nom à tue-tête, mais il viendra plutôt te chercher. Alors quand j'entends ou voies des gens se provoquer par le biais du net, ca ne m'intéresse pas trop.

Ma situation de compétiteur international m'oblige à me tenir au courant de l'actualité du combat libre dans le monde. Pour cela, internet est un très bon outil. Par contre, je ne prends jamais part aux débats stériles qui fleurissent sur la toile, fruit des frustrations de certains combattants du clavier. Je n'ai pas de temps à perdre avec cela. En période de compétition, j'évite soigneusement de consulter les sites français car les seules personnes qui y prennent la peine de déposer des commentaires sont des compatriotes souvent peu sûrs d'eux ; donc pas sûrs de nous. Même si je sais qu'une majorité des français me soutiennent (je ne les remercierai jamais assez), j'aimerais tellement que les quelques trouble-fêtes du net puissent un jour abandonner leurs complexes et enfin croire en nous: le freefight français.

Avant de finir tu peux nous dire quelques mots sur tes futurs projets (aussi bien dans le domaine martial qu'audiovisuel)

Je suis actuellement entrain de terminer de répondre à cette interview dans ma chambre d'hôtel. J'affronte Tom Watson demain au Cage Rage 21 ! J J'ai signé un contrat de 4 combats avec cette organisation, 1ere en Europe. C'est inédit pour un français et j'en suis très heureux. Je ferais de mon mieux pour que ce contrat soit reconduit dans les meilleures conditions? ;-) Mais je n'ai pas vu de clause d'exclusivité sur ce document, donc, si tout se passe bien, rien n'empêcherait que d'autres fédérations fassent appel à mes services ;-)

Pour ce qui est de l'audiovisuel, Je prépare actuellement le tournage d'un documentaire sur la savate ainsi qu'un programme de Real TV, les deux pour la télévision américaine (les clauses de confidentialités de mon contrat m'empêche d'en dire plus). Toujours au Groland, sur 1O minutes avec, je suis aussi entrain de réécrire le scripte de mon court-métrage pour lequel je viens enfin d'obtenir une partie du financement. Beaucoup de travail, peu de repos, peu de temps, mais beaucoup d'expérience à la clé !

Xavier merci! Un petit mot pour nos lecteurs et pour ceux qui te soutiennent un peu partout en France !

Tout d'abord, MERCI !!!

Merci de votre soutien, merci de tous vos commentaires et de toute votre attention. Ca aide souvent dans la pratique de notre sport si ingrat, et pourtant si difficile. Merci pour tous les messages de soutien que je peux recevoir régulièrement (certains acharnés ont même réussi à trouver mon adresse MSN je ne sais où !). Merci pour toutes vos attentions, vos poignées de mains, vos yeux écarquillés par l'émotion, vos sourires, votre considération. Car même si, à la base, je fais du sport pour me faire plaisir, vos remerciements et félicitations sont ma cerise sur le gâteau de mes victoires.

Xavier FOUPA-POKAM, Le Professeur X.

www.myspace.com/ebonyjewelpx
www.snaketeam2000.skyblog.com

429415845_small

Posté par freestyler260399 à 00:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]



Fin »